Histoire & Culture sur Achill Island

Le peuplement d’Achill Island est très ancien, avec des habitations datant de plus de cinq mille ans. Des tombes mégalithiques sur les versants du mont Slievemore indiquent la présence de l’homme de l’âge de pierre (néolithique). Les vestiges de forts promontoires sur tout le pourtour de l’île attestent d’une installation humaine à l’âge du fer. L’Atlantic Drive, sur la face sud de l’île est ponctué de nombreux forts promontoires.

Le christianisme a touché l’Irlande au Vème siècle et on trouve également des vestiges chrétiens sur les versants du Mont Slievemore, à côté du cimetière actuel. Cette zone, qui englobe aussi le village fantôme de Slievemore se situe à deux pas d’Achill Cliff House.

Dans la partie est de l’île se trouve l’ancienne église de Kildavnet, dédié à Sainte Dymphna, une sainte du VIIème siècle. Le cimetière de cette église abrite les monuments commémoratifs de deux des plus tragiques épisodes d’Achill, la noyade de Clew Bay en 1894 et l’incendie de Kirkintilloch en 1937. Le premier drame valut la mort de 32 jeunes gens d’Achill qui se noyèrent à Westport en embarquant pour l’Ecosse où ils partaient travailler dans les champs de pommes de terres. Le second, en 1937, frappa également des jeunes gens travaillant dans les champs de pommes de terre à Kirkintilloch en Ecosse qui périrent lors de l’incendie d’une grange.

Au XIXème siècle, Le Révérend Edward Nangle de l’Eglise d’Irlande, entreprit de convertir les habitants d’Achill au protestantisme et installa une mission à Dugort. Au cours des cinquante années que dura le projet, Nangle bâtit des écoles, des cottages, un orphelinat, un petit hôpital et le premier hôtel de l’île (à l’emplacement de l’actuel hôtel Slievemore). Durant les années de famine (1847-51), la Colonie, telle que la mission se dénommait, offrait de la soupe aux insulaires affamés en échange de leur conversion au protestantisme. C’est à cette période, pense-t-on, que le village de Slievemore sur le versant sud du Mont Slievemore a été abandonné. A présent, ce village “fantôme” avec ses 80 bâtiments de pierres sans toit constitue un vestige impressionnant de ce que la vie a pu être par le passé sur l’île d’Achill.